Twitter a de nouveau renforcé ses règles pour lutter contre la désinformation sur la pandémie, en élargissant les types de messages qui pourront être signalés aux utilisateurs comme potentiellement «trompeurs» ou «controversés». Les réseaux sociaux rivalisent d’efforts pour contrer la vague de fausses nouvelles, théories du complot, rumeurs et faux remèdes miracles qui a envahi la toile en quelques semaines. Twitter s’était déjà attaqué en mars aux propos directement contraires aux recommandations des autorités sanitaires.

«Désormais, nous utiliserons des étiquettes et des messages d’avertissement pour fournir des explications supplémentaires et des clarifications dans les situations où des tweets ont moins de risque de nuire mais peuvent tout de même semer la confusion ou tromper des personnes », a indiqué la plateforme dans un communiqué.

L’International Fact-Checking Network de l’Institut Poynter a annoncé le lancement  d’un chatbot sur WhatsApp pour lutter contre la diffusion de fausses informations dans le cadre de la crise actuelle du coronavirus, et faciliter l’accès des citoyens au travail de vérification des faits réalisés par des médias indépendants à travers le monde. « Le lancement de ce chatbot totalement gratuit a été rendu possible par la donation d’un million de dollars faite par WhatsApp à l’IFCN », indique un communiqué de Facebook, propriétaire de Whatsapp.

Ce chatbot – aujourd’hui disponible en anglais, et prochainement dans d’autres langues dont le portugais, l’espagnol et l’hindi – permet aux utilisateurs de WhatsApp de contacter facilement les vérificateurs de faits dans plus de 70 pays, et d’accéder à une base de données de plus de 4000 fausses informations vérifiées sur le coronavirus sur la base de recherches par mots clés ou phrases. « Ainsi, grâce à ce nouveau service, les utilisateurs du monde entier peuvent désormais très simplement savoir si une information sur le COVID-19 a déjà été vérifiée et jugée fausse par des vérificateurs professionnels ». Les utilisateurs doivent simplement enregistrer le numéro +1 (727) 2912606 dans leur téléphone et envoyer le mot « hi » pour engager les échanges avec le chatbot.

Le réseau social a lancé une nouvelle fonctionnalité permettant de faire des appels vidéos avec 50 personnes. Ce nouvel outil va être lancé cette semaine « dans plusieurs pays » sur Facebook et Messenger. Il sera ensuite disponible sur Instagram et WhatsApp, les deux autres plates-formes du groupe.

Dans notre première vidéo, postée lors du début du confinement, nous avions conseillé à nos clients de se préparer à garder le lien avec leurs salariés. Notre 2e conseil pour une communication interne réussie concerne aujourd’hui les managers. Leur rôle est primordial dans l’animation des équipes et dans la circulation de l’information durant cette longue période de confinement.

Tout d’abord, ils doivent bien structurer leur dispositif : vérifier la qualité des moyens pour travailler à distance, communiquer sur les dysfonctionnements possibles et … fixer des modes d’échanges et de communication clairs.

Ensuite, les managers doivent animer leurs équipes : initier des rituels comme par exemple, le « café virtuel » du matin, maintenir la motivation en organisant des temps d’échanges et de retours individuels ou en équipe, ou encore, faire circuler l’information sur les sujets en cours de leur service, de leur pôle ou de la direction de la communication.

Ils doivent également veiller au bien-être des équipes. C’est impératif car ils vivent une longue période de télétravail. Ils doivent donc vérifier régulièrement les besoins de chacun pour adapter leur accompagnement, échanger sur les conditions de travail au sein de leur cellule familiale, identifier et tenir compte de leurs contraintes et ainsi organiser, voire adapter leur management selon les retours.

Pour finir, n’oublions pas que les collaborateurs ont besoin de moments agréables durant cette phase de confinement, les managers doivent donc absolument partager des nouvelles positives : par exemple un nouveau contrat signé, une intégration de collaborateur terminée, une nouvelle offre finalisée, un article dans la presse sur l’entreprise, une interview d’un dirigeant sur une chaîne d’information…, Bref, annoncer des bonnes nouvelles ! Voir la vidéo sur notre site Instagram : https://www.instagram.com/tv/B_PIDy_HIzC/

Facebook a annoncé que les utilisateurs de WhatsApp ne pourraient plus transférer des messages viraux qu’à un seul contact à la fois, pour limiter la circulation des infox. La messagerie aux deux milliards d’utilisateurs avait déjà limité le nombre de partages à cinq correspondants maximum à la fois, en janvier 2019. Elle a également marqué d’une double flèche les messages transférés d’un utilisateur à un autre plus de cinq fois. Désormais, tout message viral (marqué d’une double flèche) ne peut être transféré qu’à une seule autre conversation à la fois.

« Nous savons que de nombreux utilisateurs transfèrent des informations utiles, ainsi que des vidéos drôles, des mèmes et des réflexions ou des prières qui ont de l’importance à leurs yeux », indique la messagerie sur son site internet. « Toutefois, nous avons également remarqué une hausse significative des transferts, que les utilisateurs trouvent trop nombreux, et qui peuvent contribuer à la propagation de fausses informations », précise la société. « Nous pensons qu’il est important de ralentir la diffusion de ces messages pour que WhatsApp reste une application de conversation personnelle. »

Face à la crise actuelle, le premier conseil que nous avons donné à nos clients a été : « Préparez-vous à garder le lien avec vos salariés ! ». Bien évidemment ce premier conseil de communicant prévaut si l’entreprise n’a pas opté pour le chômage partiel ou la suspension pure et simple de son activité. Ce lien est important. Les entreprises sont confrontées pour la première fois de leur histoire à un télétravail massif pas toujours anticipé et pas toujours organisé.

La première mission des équipes communication est donc de s’assurer que leur dispositif de communication permet de garder ce lien. Ensuite, il faut organiser cette communication en coordonnant les messages. Un des premiers objectifs est de rassurer les salariés, en recensant les questions qu’ils peuvent se poser et en apportant des réponses transparentes. Par exemple, pour un de nos clients, nous avons lancé une application d’entreprise pour relayer les actus quotidiennes. Elle traite de sujets RH et techniques et répond à toute une série de questions assez opérationnelles : comment vit-on le télétravail ? Quelles sont les bonnes pratiques pour organiser sa journée ? Nous avons également proposé à des membres du codir de participer à des Live Chats avec les salariés ? Etc. A côté de ce type application, il est important de revoir les lignes éditoriales des journaux ou des newsletters internes. L’idée est de donner plus de place aux dirigeants afin de parler de l’entreprise : son état de santé, les mesures que l’on va prendre, etc. et bien entendu commencer déjà à aborder le futur afin que chaque salarié puisse se projeter  dans un avenir commun. Voir la vidéo sur notre site Instagram : https://www.instagram.com/p/B-l3wUnp431/

Instagram souhaite faciliter l’accès aux ressources officielles sur le Covid-19. Objectif : transmettre aux utilisateurs des informations issues d’entités de référence comme l’OMS, les rediriger vers les sites officiels et diffuser les bonnes pratiques de protection.

  • Instagram utilisera notamment des encarts dédiés dans les résultats de recherche, pour les requêtes liées au Coronavirus. Une section située en haut du feed est déjà proposée depuis plusieurs semaines dans les pays touchés par la pandémie.
  • Des stickers dédiés aux gestes barrières, permettant de se protéger et protéger les autres, seront bientôt proposés dans les stories (rappels pour se laver les mains, sensibilisation à la distanciation sociale…).
  • Instagram annonce également avoir procédé à plusieurs changements permettant de réduire la propagation de fausses informations sur le Covid-19 au sein de l’app. Il s’agit de la suppression des contenus identifiés, la priorité absolue donnée aux contenus issus des organisations de santé reconnues dans l’onglet Explore, la suppression des contenus liés à des théories de conspiration pouvant nuire aux personnes et l’interdiction des publicités frauduleuses concernant des produits liés au Covid-19. Instagram a également interdit tout filtre de réalité augmentée lié au Covid-19.

Instagram a présenté de nouvelles fonctionnalités pour répondre à la demande accrue d’informations fiables sur la pandémie de Covid-19 mais aussi de convivialité, pour vivre ensemble, virtuellement.

Plus de 2,6 milliards de personnes dans le monde sont appelées à rester chez elles et à pratiquer la distanciation sociale, la politique choisie par de nombreux gouvernements pour freiner la propagation du virus. «Le volume de live (vidéos en direct, ndlr) a plus que doublé en Italie, sur Facebook et sur Instagram, depuis le début du confinement. Et nous assistons à des pics similaires dans d’autres parties du monde», a raconté Adam Mosseri, le patron d’Instagram, lors d’une conférence de presse en visioconférence. Instagram va désormais proposer une fonction baptisée «co-watching», où jusqu’à 6 personnes peuvent passer des appels vidéo tout en regardant ensemble des contenus sur la plateforme.

Les utilisateurs qui tapent des mots-clefs liés au Covid-19 dans la barre de recherche verront des messages pédagogiques et des liens vers des informations de l’Organisation mondiale de la Santé et d’autres institutions locales. La plateforme promeut les dons aux ONG, avec un sticker (étiquette virtuelle) pour signaler les organisations légitimes ayant des besoins financiers.  Elle encourage aussi les gens à ne pas sortir. Mais la mise en place des nouvelles fonctionnalités ne se fait pas sans heurts.    Le nouveau sticker «Stay Home» (Restez à la maison) a dû être retiré en urgence 36 heures après avoir été lancé. «Il était tellement utilisé qu’il a failli faire plonger Instagram. On a dû le reconcevoir dimanche et on le propose à nouveau depuis hier», relate Adam Mosseri.

Comme Facebook, Instagram s’appuie sur un programme de vérification par des tiers pour rétablir les faits en cas de fausse information virale. Pour répondre à la crise actuelle, les deux réseaux travaillent en plus avec les organisations de santé.    «Mais nous sommes plus inquiets pour l’accès aux bonnes informations tout court ou les répercussions économiques, ou encore la santé mentale et le niveau d’anxiété des personnes», précise Adam Mosseri. Concernant l’aide que la plateforme pourrait apporter aux autorités, les discussions ne semblent pas très avancées. «On cherche à voir comment on pourrait travailler avec les gouvernements et les institutions pour les aider à comprendre comment se propage le virus, avec des données anonymisées et agrégées», a-t-il indiqué.

Suite aux restrictions et mesures de distanciation sociale, nous savons que cette période est difficile. Une partie de notre équipe a la chance de pouvoir télétravailler. C’est pourquoi, si vous avez des besoins en communication de crise, communication interne ou dispositifs digitaux, nous serons là comme toujours pour y répondre afin que tout se passe pour le mieux. Prenez soin de vous et si vous avez besoin de notre aide, il vous suffit de nous contacter.

Instagram permet désormais à ses utilisateurs de catégoriser leurs abonnements par centre d’intérêt ou fréquence d’interaction. L’accès à ses comptes favoris est donc facilité et plus rapide, permettant ainsi de ne plus avoir à parcourir l’intégralité de sa liste d’abonnements pour retrouver un profil. Dans les faits, les afficionados d’Instagram pourront ainsi découvrir différentes catégories pour trier les comptes qu’ils suivent, telles que « abonnements les plus souvent vus sur le fil d’actualité », « abonnements avec lesquels vous avez le moins interagi », ou encore « Films & Séries », « Nourriture », « Humour », etc. Il est parallèlement possible de trier les abonnements de la personne la plus récemment suivie à la relation la plus ancienne (et inversement). L’utilisateur pourra enfin choisir de se désabonner à un compte ou mettre une personne en sourdine en cliquant sur « … ».