S’adapter, se dépasser, se réinventer avec une bonne dose d’optimisme… Nabis Conseil vous accompagne pour faire de cette année 2021, une année haute en transformation et en communication. À bientôt !

Pour aider à consolider les liens à une époque qui est marquée par la distanciation et le télétravail, LinkedIn propose trois nouvelles fonctionnalités. L’onglet « My Company » propose de mettre en avant les réussites, les projets et les événements internes « afin d’accroître l’engagement des collaborateurs autour de la culture de l’entreprise ». On trouve également la page « Événements », qui affiche automatiquement les événements passés, présents et à venir d’une entreprise, avec la possibilité de s’y inscrire. Utile pour annoncer d’éventuels webinars. Enfin, « View Page Followers » permet aux administrateurs d’avoir accès aux profils qui suivent leurs pages et de les classer par société, secteur et lieu. Cette fonctionnalité « offre une meilleure transparence pour mieux comprendre son audience, lui proposer des contenus qui répondront à ses besoins et faciliter les conversations ».

Twitter va permettre l’utilisation du format carroussel à tous les annonceurs. Selon Twitter, ce format permet d’améliorer les performances d’une marque en offrant une expérience plus immersive et plus interactive. Le carrousel se compose de deux à six images ou vidéos pouvant être swipées horizontalement et offrant la possibilité aux internautes d’accéder à une application ou à un site web.

Tout annonceur peut créer un carrousel via son Tweet Composer dans Ads Manager ou via l’API Ads, et peut le mettre en avant de manière organique ou sponsorisée. Le format publicitaire carrousel comprend également : un design repensé, des rapports de mesure fournis par un partenaire tiers, un accès au support et à de nouvelles fonctions de reporting, telles que les swipes au sein du carousel et la répartition pour mesurer les performances de chaque image ou vidéo du carrousel.

Facebook a annoncé l’accélération du déploiement à l’international de sa section d’informations dans les six prochains mois, en commençant notamment par le Brésil, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et l’Inde, et en promettant de payer les éditeurs. « Facebook News » a été installée sur l’application mobile du réseau social aux Etats-Unis, après une phase de tests qui a démarré fin 2019. Elle a connu un « démarrage en force » dans le pays, assure le communiqué de la plateforme. La section propose une sélection d’articles de quotidiens, magazines et sites partenaires, et est alimentée par une équipe de journalistes et des algorithmes de « personnalisation ». Le géant des réseaux sociaux paie une partie des partenaires, qui sont plus de 200 aux Etats-Unis, dont le Wall Street Journal, le Washington Post, People, les chaînes ABC, CBS News ou Fox News. « Dans chaque pays, nous paierons les publications pour nous assurer que leur contenu soit disponible sur la nouvelle section », a précisé dans le communiqué Campbell Brown, une vice-présidente de Facebook chargée des partenariats à l’international pour la section. « Nous allons continuer à concevoir de nouveaux produits et à faire des investissements dans le monde pour aider la presse à construire des modèles économiques viables sur la durée », a-t-elle ajouté.

Après compétition, l’agence Nabis Conseil a été choisie par Tocqueville Finance (La Banque Postale Asset Management)pour la conception du nouveau territoire d’expression de la marque (positionnement, identité, charte éditoriale et graphique). Elle accompagnera ensuite la définition et le déploiement des supports digitaux en partenariat avec l’agence web ITNetwork. L’agence a également été retenue par le groupe DomusVi (troisième Groupe privé d’accueil et de services pour personnes âgées en France) pour assurer la conception et la réalisation d’un dispositif de communication de changement dans le cadre du déménagement du siège social.  Enfin, Nabis Conseil accompagne, depuis la rentrée, les équipes Communication de l’ANDRA dans le diagnostic et l’évolution de leur dispositif de communication interne.

Le réseau social offre aux marques la possibilité de regrouper leurs contenus Snapchat au sein d’un même écrin. Cette formule classe les contenus selon diverses rubriques. On retrouve la catégorie AR Lenses, une rubrique consacrée aux filtres en réalité augmentée créés par les marques, la catégorie Highlights, qui met en avant les meilleurs contenus des marques. Selon Snapchat, cette interface permettra aux utilisateurs de découvrir  « le profil des marques de manière organique ». Le réseau s’est déjà associé à 30 marques internationales dont Louis Vuitton, Universal, Prada, Candy ou encore Crush.

Facebook propose sur sa plateforme d’e-learning Blueprint des cours de Community Management. Quatre programmes simples de formation, qui permettent pas-à-pas de se sensibiliser aux outils de la plateforme sociale, depuis la mise en place de stratégies sur le réseau social jusqu’aux bases de gestion de communauté.

Après l’échec de Google Plus, fermé il y a presque 2 ans, Google présente Keen, une plateforme qui ressemble à Pinterest. Comme le moteur de découvertes visuelles, elle permet de compiler du contenu (articles, vidéos, photos…) autour de projets et de passions. La promesse: des suggestions personnalisées grâce au machine learning. Comme un réseau social, il est possible de suivre d’autres utilisateurs et de découvrir leurs dossiers.

Depuis fin juin, le format «LinkedIn Stories» est mis à la disposition des membres du réseau social professionnel mais aussi pour les «Pages» entreprise. La France est l’un des premiers pays en Europe à disposer de cette fonctionnalité permettant de publier des photos et des vidéos d’une durée maximale de 20 secondes, visible pendant 24 heures seulement. Ce nouveau format va permettre aux entreprises de partager des actualités en temps réel, des prises de parole officielles, des nouveautés concernant son secteur d’activité, des lancements produits, des analyses de marché, etc.

Rooms, outil d’appel vidéo sous forme de salons virtuels, est disponible sur Workplace, le réseau social dédié aux salariés des entreprises. Lancé en 2016, Workplace a atteint les 5 millions d’utilisateurs payants et devrait sortir largement gagnant des mesures de distanciation sociale instaurées dans le monde entier. « Il y a eu une accélération énorme de la demande», admet Julien Codorniou, vice-président de Workplace, à l’AFP. «Et nous étions bien positionnés pour prendre la vague.» La nécessité de travailler de chez soi a propulsé des interfaces comme Workplace et ses concurrents créés par Slack, Salesforce ou Microsoft. Elles permettent aux salariés d’une société de communiquer, échanger des documents, travailler sur un projet, faire des conférences téléphoniques ou de la messagerie instantanée. Elles sont conçues pour des groupes plus grands que pour les appels vidéo, mais plus restreints que pour les lives, où une seule personne s’adresse potentiellement à des dizaines ou centaines d’autres. Workplace va désormais en bénéficier, avec les outils de modération et de sécurité propres au réseau professionnel payant.