Le groupe Galien, spécialisé en fabrication et conditionnement de produits pharmaceutiques, leader en Europe, choisit l’agence Nabis conseil pour l’accompagner sur la conception et la formalisation de sa stratégie social media (positionnement éditorial, création de contenus sur les plateformes LinkedIn et Twitter).

Faut-il mieux publier un texte avec photo, une vidéo ou un carrousel ? Quels jours sont à privilégier pour favoriser l’engagement ? Et quels sont les hashtags à ajouter en priorité à sa publication pour maximiser sa visibilité ? C’est pour aider les community managers et les marques qu’Agorapulse, outil de gestion des réseaux sociaux, a passé au crible plus de 1,6 million de posts publiés via sa plateforme en 2021 sur Instagram, Facebook, Twitter, LinkedIn et YouTube.

Premier enseignement de cet état des lieux du community management en France, le pic de l’engagement qui varie d’un réseau à l’autre selon le moment de la journée. Sur Facebook, l’engagement est le plus élevé à 13h et après 19h, tandis que sur Instagram, ce pic se situe à 21h-22h. Même chose sur Twitter (22h), alors que sur LinkedIn, c’est un peu plus tôt, après 18h, ou entre 7h et 9h le matin.

« Moins de publications, plus de visibilité ? Il pourrait donc être intéressant d’aller à l’encontre des tendances de vos concurrents afin d’augmenter la portée de vos publications et donc leurs engagements », conseille toutefois Agorapulse aux marques prêtes à jouer la carte de la contre-programmation.

Sur tous les réseaux, c’est le week-end qui est le plus propice à l’engagement. Moins pris dans le rush de la semaine, les Français ont davantage de temps à perdre les samedis et dimanches sur les plateformes sociales. « C’est pourtant les jours les moins utilisés par les community managers pour publier », relève la plateforme. C’est le dimanche sur Instagram que l’engagement moyen est le plus élevé, d’après l’étude, suivi de près par LinkedIn. L’engagement moyen par jour sur Facebook et Twitter le week-end reste, lui, inférieur à celui d’Instagram et LinkedIn en semaine.

Quid des formats les plus engageants ? « Si la vidéo fonctionne bien sur un réseau social ce n’est pas forcément le cas sur un autre. Cela dépend souvent des pratiques des utilisateurs sur la plateforme, mais également de son algorithme qui peut favoriser certains contenus plutôt que d’autres », note Agorapulse dans son état des lieux.

Sur Instagram, le format Carrousel arrive largement en tête, avec un engagement moyen 68 % supérieur à celui des vidéos, lui-même 48 % supérieur à celui des photos. « La photo, initialement le contenu phare sur la plateforme, est aujourd’hui moins engageant. Le carrousel (mix de photos et/ou vidéos) est aujourd’hui le format le plus performant sur Instagram », résume la plateforme de publication.

Sur Twitter, aussi surprenant que celui puisse paraître, les tweets sans visuel ni lien reçoivent 3 fois plus d’engagement que les vidéos et 10 fois plus d’engagement que les photos. Sur Facebook, c’est la vidéo qui se classe loin en tête, avec deux fois plus d’engagement qu’un post avec lien. Enfin, sur LinkedIn, les deux formats stars de l’engagement sont la photo et la vidéo, plus performants d’un tiers comparé au texte seul, et deux fois plus engageants qu’un post avec lien.

Autre moyen pour créer de l’engagement, les hashtags, qui permettent aux utilisateurs d’identifier facilement les messages qui parlent de sujets qui les intéressant, et donc pour les community managers de voir la portée des posts augmentée. Sur Instagram, mieux vaut se limiter à un ou deux hashtags pour les comptes à plus de 10 000 abonnés. Pour les comptes plus petits en revanche, plus il y a de hashtags utilisés, plus l’engagement est fort.

« Sur LinkedIn et Twitter, même constat que sur Instagram : l’utilisation de hashtags est surtout bénéfique aux petits comptes », note encore l’étude d’Agorapulse. Mieux vaut donc se limiter à un ou deux hashtags bien choisis.

LinkedIn ajoute de nouveaux outils au mode « Créateur ». L’accès au LinkedIn Live et la possibilité de faire une newsletter pour les créateurs » afin de maintenir le lien avec leur public ». Le LinkedIn Live est seulement disponible pour les membres et les pages contenant plus de 150 followers ou connexions. Cette option permet de renforcer l’engagement d’un public cible – les vidéos en direct suscitant en moyenne 7 fois plus de réactions et 24 fois plus de commentaires que les vidéos natives selon LinkedIn.

Développer la visibilité d’une entreprise via ses collaborateurs sur les réseaux sociaux : c’est ce que vise une démarche de Salarié Ambassadeur ou employee advocacy. Les algorithmes des réseaux sociaux font qu’un contenu partagé par un salarié est beaucoup plus impactant que s’il est publié directement par l’entreprise.

Mais attention ! Certaines entreprises ont parfois dû faire face aux comportements déplacés de certains de leurs salariés sur les réseaux sociaux. Des interrogations peuvent donc légitimement exister sur les opportunités et les risques d’une telle démarche.

L’agence Nabis Conseil vous accompagne dans la mise en place et le déploiement d’un dispositif d’employee advocacy pour accroître la visibilité de votre entreprise, en définissant le cadre et les règles du jeu. Contactez-nous !

Instagram a annoncé étendre à tous les comptes la possibilité d’ajouter des liens dans les Stories, ce qui était jusqu’à présent limité aux comptes certifiés ou à ceux ayant atteint un certain nombre d’abonnés. « Au fil des ans, et au cours de l’année écoulée en particulier, les entreprises et les créateurs de contenus ont montré comment le partage de diverses ressources et informations peut inspirer leur communauté. Qu’il s’agisse d’organiser et d’éduquer autour de sujets qui leur tiennent à cœur ou de présenter de nouveaux produits, le partage de liens est utile à bien des égards aux membres de la communauté et Instagram en donne désormais l’accès à tous ses utilisateurs », a indiqué le réseau social.

Instagram travaille également sur la personnalisation du sticker afin que les utilisateurs puissent facilement avoir un aperçu de ce qu’ils visualiseront lorsqu’ils appuieront sur le sticker « Lien ». Aussi, les comptes et ceux qui partagent de manière répétée des contenus haineux, des fausses informations, ou tout autre contenu qui enfreint les Règles de la communauté, se verront retirer l’accès au sticker « Lien ».

Si l’actualité autour de l’appli audio Clubhouse est plus éparse, elle n’en communique pas moins quelques nouveautés. Parmi elles, le lancement de « Clubhouse Links », une nouvelle fonctionnalité qui offre un lien permanent et personnel vers une room privée. Un lien qu’il est ainsi possible de partager avec différents interlocuteurs pour des échanges réguliers, au lieu de chaque fois créer son espace. Cette communauté formée est ainsi prévenue d’une conversation (par SMS, invitation calendrier, liste d’événement…) à venir pour rejoindre la room à l’aide du même lien créé en amont.

Twitter a annoncé le déploiement de Sujets (ou Topics) en français, « permettant aux francophones de trouver et suivre plus facilement leurs intérêts et les choses qu’ils aiment ».  Les Sujets permettent de suivre des thématiques spécifiques, de voir davantage de contenu sur ces thématiques directement au sein de la timeline. Les Sujets permettent également de découvrir et réagir à des personnes partageant les mêmes centres d’intérêt. Lorsqu’une personne choisit de suivre un Sujet, qu’il s’agisse de son groupe préféré, d’une équipe sportive ou même d’une ville, elle voit apparaître dans sa timeline les Tweets de toute une série de comptes qui sont des experts, des fans ou qui ont simplement tendance à parler beaucoup de cette thématique sur Twitter.

L’entreprise en mode hybride est devenue ces derniers mois, une organisation du travail de plus en plus courante. Cela implique pour les collaborateurs un savant mélange de travail à distance et de présentiel en entreprise avec un ou plusieurs jours de télétravail au domicile, en co-working, en flex office ou dans des tiers-lieux. Ce mode d’organisation est un souhait largement partagé par les dirigeants et les collaborateurs comme le montrent les enseignements de l’étude de notre partenaire l’Institut Think : https://www.calameo.com/books/003995149a6823aa1d720

Les clients de notre agence nous demandent d’accompagner ces mutations en réajustant leur dispositif de communication, en repensant la communication managériale ou encore en redéfinissant la communication RH. Vous êtes confrontés à ces mutations ? Nous vous proposons de vous accompagner pour faire évoluer vos objectifs, vos contenus et vos actions de communication.

LinkedIn vient d’annoncer le lancement de la fonctionnalité Office Hours, qui permet aux formateurs d’organiser des événements en direct sur la plateforme d’apprentissage, LinkedIn Learning. Grâce à ce nouvel ajout, les internautes ont la possibilité de s’informer sur les « tendances du secteur et d’interagir avec des experts en temps réel en publiant des questions, des commentaires, et des réactions ». Cette fonctionnalité sert également l’économie « croissante » des créateurs. Ils pourront utiliser la plateforme pour interagir davantage et faire croître leur audience. Cette annonce intervient dans un contexte où les habitudes liées au travail se modifient. « Les gens prennent le contrôle de leur carrière d’une nouvelle manière, en s’appuyant sur leur réseau et en perfectionnant leurs compétences », explique Jonathan Rochelle, membre de l’équipe de LinkedIn Learning. Comparé à l’année dernière, LinkedIn précise que 53 % d’heures de contenus d’apprentissage ont été visionnées en plus sur LinkedIn Learning.

Instagram a ajouté un curseur pour permettre aux utilisateurs de limiter l’apparition d’images dites « sensibles » sur leur fil. Ils auront désormais le choix entre « autoriser », « limiter » (l’option cochée par défaut) et « limiter encore plus » les photos et vidéos qui peuvent « perturber ou offenser ». Les jeunes de moins de 18 ans n’auront pas accès à l’option « autoriser ». « Nous reconnaissons que chaque personne a des préférences différentes en termes de ce qu’elle veut voir dans « Explore » (le fil général, ndlr), et ce contrôle donnera plus de choix aux gens », a expliqué, dans un communiqué, Facebook, la maison mère de l’application. Les contenus « sensibles », chez Instagram, concernent principalement la violence et les allusions sexuelles. Son règlement interdit notamment la nudité – les utilisateurs n’ont pas le droit de montrer certaines parties du corps, sauf exceptions, comme l’allaitement ou les œuvres d’art. Ce curseur doit permettre aux utilisateurs, s’ils le souhaitent, de voir encore moins de contenus autorisés mais considérés comme tendancieux par l’appli.  « Nous avions déjà commencé à avancer dans cette direction avec des outils, comme la possibilité de désactiver les commentaires ou celle d’empêcher quelqu’un d’interagir avec vous sur Instagram », rappelle la plateforme. Il y a quatre ans, elle avait aussi ajouté un filtre flou sur les contenus « sensibles », avec un avertissement qui laisse le choix à l’utilisateur de voir l’image ou pas. Mais la pression reste toujours aussi forte sur les réseaux sociaux, qui cherchent à la fois à faciliter l’expression libre de leurs utilisateurs et créateurs, tout en répondant aux inquiétudes de la société sur l’utilisation des plateformes à des fins mal intentionnées, du harcèlement en ligne à la désinformation.