Sur les réseaux sociaux, vos salariés sont de loin vos meilleurs ambassadeurs, qu’il s’agisse de partager votre culture interne ou encore de diffuser votre politique RH. Alors, comment favoriser cette prise de parole ?

 Il fut un temps, pas si lointain, où la visibilité et la notoriété d’une marque se travaillaient principalement dans les médias de masse. Un terrain inaccessible voire proscrit aux salariés. Avec l’apparition des réseaux sociaux, le collaborateur a accédé à une nouvelle tribune. Une tribune qui lui permet de réduire son déficit de visibilité et de capitaliser sur ses qualités de proximité et d’authenticité. Dans la conjoncture actuelle, les chiffres sont intraitables. Par rapport à un contenu marque, un contenu publié par un collaborateur engage huit fois plus. Il génère un reach cinq fois et demi supérieur et attire en moyenne sept fois plus de leads qu’un contenu marque.

Comment favoriser cette prise de parole ?

Une stratégie d’Employee Advocacy se conçoit sur deux axes :

  1. La vision stratégique, qui peut être une vision dite sélective, basée sur une sélection de collaborateurs – ambassadeurs ou la vision inclusive permettant à tout collaborateur de s’engager comme il le souhaite.
  1. Le niveau d’engagement souhaité : un engagement faible de la part du collaborateur apportera davantage de contrôle mais se fera au détriment de l’impact communicationnel là où un engagement fort, plus impactant, nécessite une structure d’encadrement moins permissive et donc perçue comme moins spontanée.

Ces choix se font en fonction des objectifs de la direction de la communication, des ressources disponibles, de la place de la marque dans les réseaux sociaux, etc…. mais surtout, en fonction des employés, eux-mêmes !

Faire communiquer un collaborateur : danger ou opportunités ?

Cela dépend principalement de la manière dont une entreprise aborde les problématiques d’Employee Advocacy. Sans contrôle de la direction de la communication, une entreprise s’expose au bon comme au mauvais. Si les collaborateurs représentent un potentiel « dormant » ils ne sont pas tenus de représenter, d’incarner ou même de valoriser l’entreprise comme un dirigeant est amené à le faire. Avant d’exploiter ces opportunités de communication, il est nécessaire de regrouper les employés au travers d’une structure adaptée à l’entreprise. Pour s’assurer, dans un premier temps, que le potentiel d’influence n’aille pas à l’encontre des intérêts de l’entreprise. Dans un second temps, le but est de s’assurer que ce potentiel serve au mieux les intérêts de l’entreprise ? Branding, social listening, activation digitale, stratégie de recrutement, etc.

Les leviers pour optimiser sa stratégie d’Employee Advocacy sont pléthoriques !

Le rapport, intitulé « Podcast Ad Effectiveness : Best Practices for Key Industries », regroupe les résultats de 610 études menées par Nielsen, leader de la mesure de l’audience, pour mesurer l’impact des publicités insérées dans les épisodes de podcast. Des travaux réalisés au cours des quatre dernières années, avec un total de plus 147 000 participants. Les enseignements ? Les publicités plus longues fonctionneraient mieux ! Les spots de plus de 35 secondes donnent généralement de meilleurs résultats que les créations plus courtes, « probablement parce que ces publicités plus longues sont plus « personnalisées » et conçues pour s’adapter à l’environnement des podcasts plutôt que d’être réutilisées de la radio ou d’un autre média », selon le media Advertising Age Par ailleurs, les publicités placées au début ou au milieu d’un épisode de podcast obtiennent de meilleurs résultats que celles placées à la fin.

Twitter avait commencé à tester en mai Cercle Twitter (ou Twitter Circle en anglais), une nouvelle fonctionnalité visant à donner aux gens un plus grand contrôle sur la façon dont ils utilisent Twitter. Elle a été conçue pour donner la possibilité de tweeter à un groupe plus restreint et de choisir qui peut voir ses tweets au cas par cas. Twitter a annoncé que Cercle Twitter est désormais disponible sur iOS, Android et Twitter.com, dans le monde entier.
« Twitter a constaté, au cours de la phase de test, que Cercle Twitter aidait certaines personnes à se sentir plus à l’aise pour Tweeter. Avec la possibilité de choisir comment apparaître sur la timeline et davantage de contrôle sur la manière de s’exprimer, Twitter a constaté que les gens Tweetaient davantage – et même que l’engagement sur les Tweets de ces derniers augmentait », a indiqué la plateforme. « Twitter veut que chacun utilise la plateforme à sa guise, et la possibilité de personnaliser ses conversations est essentielle à cet égard ».

Instagram a annoncé étendre à tous les comptes la possibilité d’ajouter des liens dans les Stories, ce qui était jusqu’à présent limité aux comptes certifiés ou à ceux ayant atteint un certain nombre d’abonnés. « Au fil des ans, et au cours de l’année écoulée en particulier, les entreprises et les créateurs de contenus ont montré comment le partage de diverses ressources et informations peut inspirer leur communauté. Qu’il s’agisse d’organiser et d’éduquer autour de sujets qui leur tiennent à cœur ou de présenter de nouveaux produits, le partage de liens est utile à bien des égards aux membres de la communauté et Instagram en donne désormais l’accès à tous ses utilisateurs », a indiqué le réseau social.

Instagram travaille également sur la personnalisation du sticker afin que les utilisateurs puissent facilement avoir un aperçu de ce qu’ils visualiseront lorsqu’ils appuieront sur le sticker « Lien ». Aussi, les comptes et ceux qui partagent de manière répétée des contenus haineux, des fausses informations, ou tout autre contenu qui enfreint les Règles de la communauté, se verront retirer l’accès au sticker « Lien ».

Terminer les captures d’écran pour aller de l’un à l’autre. Twitter a annoncé qu’il serait désormais possible de partager des tweets, sur Snapchat. D’abord sur iOS et « prochainement » sur Android, assure un communiqué, la fonctionnalité permettra ainsi de « partager plus facilement et plus rapidement des Tweets sur d’autres plateformes et de connecter plus de personnes aux conversations qui ont lieu sur Twitter », poursuit-il. Dans les faits, le tweet peut être partagé visuellement dans des Stories, tout en permettant d’utiliser la caméra et l’ensemble des options de création de Snapchat. « Celles et ceux qui consultent un Snap intégrant ainsi un Tweet peuvent appuyer sur cet élément pour voir le Tweet et ses réponses directement sur Twitter », explique-t-il encore. Twitter annonce par ailleurs qu’il va tester sur iOS une intégration pour les Stories Instagram.

Facebook propose sur sa plateforme d’e-learning Blueprint des cours de Community Management. Quatre programmes simples de formation, qui permettent pas-à-pas de se sensibiliser aux outils de la plateforme sociale, depuis la mise en place de stratégies sur le réseau social jusqu’aux bases de gestion de communauté.

Twitter a annoncé le lancement d’une nouvelle fonctionnalité permettant d’agrémenter l’interaction de vidéos diffusées en direct. Ainsi, la plateforme propose-t-elle dorénavant la possibilité pour ses utilisateurs, sur iOS et Android, de convier jusqu’à trois personnes qui pourront également interagir avec l’audience pendant le live. Ceux-ci pourront être entendus par tous les vidéonautes/mobinautes et pourront également quitter le live à tout moment.

Instagram a annoncé le déploiement mondial d’une nouvelle fonctionnalité permettant à ses utilisateurs de créer une liste d’amis proches dans leurs Stories afin de les partager uniquement avec les personnes qu’ils auront ajoutées au préalable. Une liste d’amis qui n’est visible et modifiable que par le titulaire du compte. Si un utilisateur en ajoute un autre à sa liste d’amis proches, un badge vert apparaîtra alors à chaque fois que ce dernier regardera ses Stories. Un cercle vert sera également visible autour de sa photo de profil, dans la barre des stories.

Snapchat a lancé hier en France ses « Shows », des vidéos au format plus long qui viennent compléter les pages « Discover » et sont produites par des médias. Le réseau social, qui attire un public jeune, avait annoncé en octobre aux Etats-Unis le lancement de séries exclusives, un nouveau produit d’appel pour contribuer à relancer cette plateforme qui a été bousculée par le lancement des « stories » sur Instagram et qui a perdu, pour la première fois, des abonnés mi-2018. Ces « Shows », filmés en format vertical, adaptés à un smartphone, ont aussi été lancés au cours des dernières semaines en Grande-Bretagne, Irlande et Norvège. Leur objectif : retenir les utilisateurs plus longtemps sur la plateforme, face à la concurrence de nombreuses autres applications. En France, l’accent est mis sur des formats d’actualité de 3 à 7 minutes, conçus pour « une génération habituée » à consommer des contenus courts, et les programmes de fiction pourraient venir plus tard, a expliqué lors d’une conférence de presse Emmanuel Durand, PDG de Snapchat en France.

Snapchat s’appuie sur des partenaires déjà présents pour la plupart dans son onglet « Discover » comme Konbini News, Tastemade, Webedia ou encore meltygroup, mais a aussi établi de nouveaux partenariats avec BFMTV, M6 (Golden News), France TV Slash, MAD (groupe Figaro), le média Loopsider ou encore l’Olympique de Marseille, 17 Juin Media, Les Eclaireuses et Mediawan Thematics. Les revenus des publicités, qui s’intercalent tous les deux ou trois messages, sont partagés « de manière équitable » entre Snapchat et les éditeurs, selon Emmanuel Durand.

Les Stories sur Facebook et Messenger, ce sont 300 millions de personnes qui les utilisent quotidiennement. De quoi permettre au réseau social d’annoncer officiellement mercredi l’introduction partout dans le monde de la publicité dans ce format, un an après sa mise à disposition dans les Stories Instagram. « Nous commencerons également à diffuser progressivement des publicités dans Messenger Stories au cours des prochaines semaines », indique Laurent Solly vice-président Europe du Sud de Facebook. La plateforme entend ainsi « donner plus d’options aux annonceurs pour leur permettre de toucher plus efficacement les consommateurs, tout en proposant une expérience fondamentalement mobile, personnalisée et non-interruptive », explique un communiqué. Une option de placement qui n’est pour le moment disponible que dans le cadre d’une campagne dans les Stories ou dans le Fil d’actualité existante. Les Stories Facebook seront quant à elle disponibles comme emplacement à part entière « dans les mois à venir ». Quelques annonceurs français ont pu tester en avance la nouvelle fonctionnalité (Mini pour le lancement de son « Countryman », Dior pour présenter son défilé Automne-Hiver 2018-19 et faire la promotion de son nouveau sac Saddle, et Monoprix pour la promotion de sa dernière collection de vêtement.