Selon un sondage, révélé le 25 juin à l’occasion des 30 ans de l’Association française de communication interne (AFCI), la profession de communicant interne ne connaît pas de crise d’autonomie ou de sens. Sur 367 répondants interrogés par Occurence en avril dernier, 88% se disent satisfaits de la part d’autonomie dont ils bénéficient dans le travail et 80% affichent leur satisfaction sur le sens de leur métier. En revanche, 56% relèvent une pression et une charge mentale dans l’exercice de leur profession, 56% reconnaissent devoir affronter des circuits de validation lourds et 54% estiment que les moyens budgétaires ne sont pas à la hauteur des ambitions de leur entreprise. Parmi les principaux atouts et défis de la communication interne, l’étude mentionne le pouvoir d’entrer en relation avec tous les acteurs de l’entreprise, du salarié au dirigeant. « La communication interne est au coeur du changement des entreprises, tout projet de transformation n’est réussi qu’avec la compréhension et la participation de l’ensemble des collaborateurs, » conclut Laurent Borrell, directeur général de l’agence.