Lors d’une rencontre avec des journalistes, les dirigeants de Twitter ont annoncé que les utilisateurs peuvent maintenant suivre un petit nombre de « centres d’intérêt », de la même manière qu’ils sont abonnés à des comptes de personnes. Cela « aidera à trouver de nouvelles personnes à suivre ». Par exemple, envoyer des tweets ou interagir à propos d’une certaine équipe sportive pourra générer une requête auprès de l’utilisateur pour lui permettre de « suivre » cette équipe ou d’être tenu au courant de ce qui se dit à ce sujet sur Twitter. Il sera aussi possible de « masquer » les sujets pour, par exemple, éviter de voir le score d’un match sportif enregistré pour un visionnage ultérieur. L’offre de ces sujets, désignés sous le vocable « interests » (centres d’intérêt), démarrera doucement avec le sport. Par la suite, les « interests » choisis seront censés être durables, comme le football, le cricket ou Apple, et ne prendront donc pas en compte les sujets d’actualité. « Il est important que nous définissions un ensemble de principes rigoureux pour définir les sujets », a déclaré Kayvon Beykpour, responsable de l’équipe produit. « Nous prenons ce super pouvoir très au sérieux ». Twitter compte par ailleurs s’orienter davantage vers la conversation en ligne. « Nous sommes en train de réécrire tout le service de conversation », a dit M. Beykpour. « Nous remodelons l’infrastructure, c’est presque achevé ».

Si les utilisateurs d’Instagram pouvaient jusqu’alors découvrir des contenus auxquels ils n’étaient pas abonnés via l’onglet « Explore », ils pourront désormais toujours via cet onglet également découvrir de la publicité en fonction de leurs centres d’intérêts. « Explore » prend ainsi en considération « l’ensemble des contenus publiés sur Instagram tous les mois et montre ceux qui sont les plus pertinents pour ses utilisateurs (…) Ce lancement constitue ainsi une nouvelle étape dans le développement de cet onglet, utilisé par plus de 50 % des comptes Instagram chaque mois », selon un communiqué. Il devient donc l’endroit « idéal » pour « cultiver ses passions et pour se connecter avec les marques encore inconnues ou peu connues des utilisateurs ».

Facebook a confirmé le 20 août sur sa plateforme la création d’un espace Actualités qui présentera à ses utilisateurs les principales nouvelles de la journée. Pour cela, le réseau social va s’appuyer sur l’expérience de journalistes professionnels pour sélectionner des articles pertinents et fiables. Une autre partie du contenu sera choisie par des algorithmes. Ceux-ci vont déterminer et cibler les intérêts des internautes qui fréquentent le réseau, d’après les signaux laissés par les pages consultées, avec lesquelles ils ont interagi ou suivant leurs abonnements.

«Notre objectif avec cet onglet Actualités est de fournir une expérience extrêmement personnalisée et judicieuse», a déclaré à l’AFP Campbell Brown, responsable des partenariats pour les informations sur Facebook. «Pour la section Top News de l’onglet, nous réunissons une petite équipe de journalistes afin de nous assurer de mettre en avant les bons articles», a-t-elle expliqué. Mais pour l’ensemble des articles de toute la section informations, le choix sera largement déterminé par logiciel, selon la responsable.

Instagram a lancé une nouvelle fonctionnalité permettant à ses créateurs de jouer la transparence dans leurs relations avec les marques. Ceux-ci pourront dorénavant poster du contenu effectué en partenariat, en utilisant la mention « Partenariat rémunéré avec [nom de la marque] ». Le créateur aura donc la possibilité d’activer l’option « Permettre à la marque partenaire de booster le post ». Dès lors, la publication apparaitra dans le gestionnaire de la marque en tant que « posts existants ». Cette dernière pourra ensuite choisir d’augmenter sa visibilité grâce aux campagnes de publicité proposées par Instagram. Enfin, lorsque la publication apparaitra dans le fil d’actualité des utilisateurs, il sera mentionné, en dessous de la photo, qu’il s’agit d’un partenariat rémunéré avec la marque.

Twitter a annoncé le lancement d’une nouvelle fonctionnalité permettant d’agrémenter l’interaction de vidéos diffusées en direct. Ainsi, la plateforme propose-t-elle dorénavant la possibilité pour ses utilisateurs, sur iOS et Android, de convier jusqu’à trois personnes qui pourront également interagir avec l’audience pendant le live. Ceux-ci pourront être entendus par tous les vidéonautes/mobinautes et pourront également quitter le live à tout moment.

Selon un sondage, révélé le 25 juin à l’occasion des 30 ans de l’Association française de communication interne (AFCI), la profession de communicant interne ne connaît pas de crise d’autonomie ou de sens. Sur 367 répondants interrogés par Occurence en avril dernier, 88% se disent satisfaits de la part d’autonomie dont ils bénéficient dans le travail et 80% affichent leur satisfaction sur le sens de leur métier. En revanche, 56% relèvent une pression et une charge mentale dans l’exercice de leur profession, 56% reconnaissent devoir affronter des circuits de validation lourds et 54% estiment que les moyens budgétaires ne sont pas à la hauteur des ambitions de leur entreprise. Parmi les principaux atouts et défis de la communication interne, l’étude mentionne le pouvoir d’entrer en relation avec tous les acteurs de l’entreprise, du salarié au dirigeant. « La communication interne est au coeur du changement des entreprises, tout projet de transformation n’est réussi qu’avec la compréhension et la participation de l’ensemble des collaborateurs, » conclut Laurent Borrell, directeur général de l’agence.

Facebook a totalement refait l’interface de son gestionnaire de publicité, Facebook Business Manager (FBM), l’outil d’aide à la gestion et à la création de campagne sur le réseau social. Le nouvel outil permet notamment « plus de visibilité sur les performances et les bilans de chaque campagne ». Un point sur lequel Facebook a été maintes fois pointé du doigt. Le nouveau FBM intègre une fonction de copier/coller pour simplifier l’intégration des créations. En outre, les agences peuvent désormais rentrer de nouveaux clients plus facilement. D’autres modifications arriveront d’ici à la fin de l’année, concernant la création des campagnes.

Pressé par ses membres, le réseau social professionnel Linkedin met en place des émojis de réactions à la manière de Facebook, qui permettent aux utilisateurs d’exprimer leur ressenti face à une publication de manière plus nuancée que le seul « I Like ». Quatre émojis font donc leur apparition : « Célébrer », « J’adore », « Inspirant » et « Curieux ». Pour élaborer sa sélection, Linkedin a étudié les mots les plus utilisés et les types de publications les plus partagées.

Notre client Orange devient la première entreprise au monde à afficher sur ses pages internet un label de confiance numérique sécurisé par la blockchain, permettant de vérifier en un clic et en temps réel l’authenticité et la source des contenus en ligne diffusé aux médias. La start-up qui a conçu le procédé, Block Expert, compte le proposer non seulement aux entreprises désireuses de certifier leurs communiqués, mais aussi aux entreprises de presse.

Twitter facilite la publication de photos et vidéos en faisant évoluer sa caméra. Comme annoncé dans un tweet, mini-film à l’appui, il sera désormais possible d’activer la caméra en « swipant » vers la droite, sur l’écran d’accueil de l’application. Il suffira ensuite d’ajouter quelques mots de commentaires avant de tweeter la photo ou la vidéo. Le réseau social entend ainsi valoriser l’image, une stratégie qui peut rappeler celle d’Instagram.