Twitter double la taille maximale de ses tweeets

On peut désormais publier sur Twitter des messages deux fois plus longs, jusqu’à 280 caractères : une mini-révolution pour le réseau social. «Nous allongeons la limite du nombre de caractères! Nous voulons que ce soit plus facile et plus rapide pour tout le monde de s’exprimer», a tweeté le groupe sur son compte mardi. De son côté, le patron-fondateur Jack Dorsey a tweeté plus sobrement «140+140!»«Notre but était de rendre (l’allongement) possible tout en s’assurant que l’on conservait la vitesse et la brièveté qui font de Twitter, Twitter», a expliqué le réseau social, qui avait lancé récemment un test auprès de certains utilisateurs. Jugeant les essais concluants, «nous lançons le changement dans toutes les langues» en caractères latins, pour lesquelles la limite de 140 caractères posait problème aux utilisateurs, contrairement au japonais, coréen ou chinois, langues plus compactes, a poursuivi Twitter.

France Info : édition spéciale Catalogne dans l’émission Tout est politique

L’émission Tout est politique, animée par Olivier Delagarde, a consacré son édition du 27 octobre 2017 à la Catalogne. Pour débattre des événements historiques se déroulant en Catalogne, le journaliste Olivier Delagarde a invité Jean-Noël Jeanneney, homme politique et historien, Laurence Debray, écrivaine, Pacôme Rupin, député de Paris et Laurent Borrell, directeur général de Nabis Conseil.

Libé lance Checknews, espace de vérification de l’info

« Demandez, nous vérifions pour vous ». Après avoir testé le modèle pendant 4 jours lors de la dernière campagne présidentielle française, Libération a lancé Checknews, un site de vérification de l’info « au service des internautes ». Développé en partenariat avec l’agence de pub J. Walter Thompson, le nouvel espace s’attache à « répondre de manière factuelle, sourcée, aux questions » posées par les internautes et auxquelles ils ne trouvent pas de « réponse fiable sur le web ». Aux commandes, l’équipe de Désintox de Libération qui, outre répondre aux questions, fournira également une base des données, régulièrement actualisée, sur les fausses rumeurs et les intox les plus répandues sur les réseaux sociaux.

94% des journalistes ont utilisé au premier semestre 2017 les réseaux sociaux

Selon une étude menée par Cision et l’Université anglaise Canterbury Christ Church auprès de 357 journalistes français, 94% ont utilisé au premier semestre 2017 les réseaux sociaux dans le cadre de leur travail contre 91% en 2015 et 2016 et 85% en 2012,. Ils sont 70% à les utiliser jusqu’à deux heures par jour et 10% entre 4 et 8 heures. Une très (très) large majorité (79%) y sont présents pour publier/promouvoir leur propre contenu mais aussi pour surveiller les autres médias et leur domaine de prédilection (75%), ainsi que pour networker/réseauter (71%). Facebook se hisse en tête des réseaux sociaux pratiqués (72%) devant Twitter (69%) et LinkedIN (52%).  L’étude relève tout de même une « rupture générationnelle » dans les comportements. Ainsi, ce sont 92% des journalistes 18-27 ans qui utilisent Facebook contre 69% des 46-64 ans, ou encore 62% des 18-27 ans sur Instagram et autre Pinterest contre 24% des journalistes 46-64 ans. De même, 85% des journalistes 18-27 ans considèrent qu’ils ne pourraient plus se passer des réseaux sociaux (vs 51% des 46-64 ans). Les plus « anciens » (46-64 ans) pensent à 61% que les réseaux sociaux dégradent les valeurs du journalisme (vs 31% des 18-27 ans). Enfin, l’étude décèle 6 profils-types de journalistes sur les réseaux sociaux : les Sceptiques (13%), les Observateurs (35%), les Chasseurs (20%), les Messengers (10%), les Promoteurs (17%) et les Architectes (5%).

 

Lancement de la banque mobile Orange Bank le 2 novembre

Orange Bank, la banque mobile du groupe de télécoms Orange, sera lancée le 2 novembre, a annoncé sur son compte Twitter Stéphane Richard, patron du géant français. « Rendez-vous le 2 novembre avec Orange Bank pour continuer l’histoire », a tweeté le dirigeant. Initialement prévu le 6 juillet, le lancement de cette banque mobile avait été reporté faute d’être « à la hauteur des standards » et exigences du groupe, avait alors justifié le groupe. L’opérateur avait indiqué qu’après une prolongation de la phase de test de l’application auprès de ses propres collaborateurs, Orange Bank serait opérationnelle à la rentrée. L’arrivée d’Orange Bank viendra grossir les rangs des nouveaux opérateurs de banque mobile, les néobanques, qui se sont multipliés ces derniers mois avec pour promesse de changer les usages bancaires. Parmi ses futurs concurrents, son grand rival sur le secteur des télécoms, SFR qui, en juillet dernier, a annoncé le lancement de sa banque mobile d’ici 2019 ou encore le coffret C-Zam, lancé mi-avril par le géant de la distribution Carrefour, qui associe une carte bancaire internationale Mastercard et un compte en ligne sans découvert autorisé.

Facebook interdit de pub les pages diffusant des fake news

Facebook va interdire de publicité les pages renvoyant régulièrement vers de fausses infos plus communément appelées « fake news », a annoncé le réseau social. « Si des pages partagent de façon répétée des articles considérés comme des fausses infos, ces pages ne seront plus autorisées à faire de la publicité sur Facebook », selon un billet posté sur le blog de l’entreprise. « Les fake news font du mal à tout le monde (…). Elles rendent le monde moins bien informé et elles entament la confiance », poursuit Facebook. « Nous avons relevé des exemples de pages utilisant les pubs sur Facebook pour élargir leur audience et diffuser des informations de façon plus large », dit encore Facebook.

Attractivité digitale : Samsung, L’Oréal Paris et Lidl sur le podium

Interbrand Paris dévoile la première édition de son Index d’attractivité digitale (1) des marques en partenariat avec le Club des Annonceurs. Cet Index, réalisé en partenariat GravT, compare la performance digitale des marques de huit secteurs d’activités (alimentation, énergie, automobile, habillement, banque-assurance, télécommunications, cosmétiques et distribution) en agrégeant la mesure de leur reach social, de leur engagement et de leur visibilité digitale. Tous secteurs confondus, Samsung arrive en tête, suivi par L’Oréal Paris, Lidl, Carrefour et Orangina. Apple n’arrive (curieusement) qu’à la 10ème place. « La performance digitale est aujourd’hui synonyme de performance relationnelle et expérientielle des marques. Plus le digital est intégré dans la proposition de valeur, plus il se met au service de la construction de la marque », commente Véronique Rheims, directrice exécutive en charge de la stratégie d’Interbrand Paris.

Comment Facebook va monétiser Whatsapp grâce aux entreprises

Whatsapp est en route vers sa monétisation. L’application de messagerie instantanée a annoncé vouloir proposer des services payants aux entreprises. « De plus en plus de gens utilisent WhatsApp pour communiquer avec des entreprises (…) que ce soit pour passer une commande dans une boulangerie locale ou rechercher de nouvelles tendances dans une boutique de vêtements« , explique le service de messagerie dans une note de blog. Le problème : les utilisateurs doutent parfois de la véracité des profils des entreprises, quand ces dernières veulent bénéficier d’une présence officielle facilement identifiable. Whatsapp propose donc de vérifier les numéros des entreprises, en affichant une icône verte à côté des profils professionnels identifiés comme sûrs – à l’instar des profils vérifiés sur Twitter. « Les entreprises pourront uniquement contacter les personnes ayant fourni leur numéro de téléphone en acceptant d’être contacté par l’entreprise sur WhatsApp », précise un porte-parole à TechCrunch. Un programme pilote est actuellement en test par des entreprises au Brésil, en Inde, en Indonésie et en Europe, notamment par la KLM Royal Dutch Airlines, rapporte le Wall Street Journal.

Facebook veut rendre les éditeurs encore plus visibles

Facebook a annoncé qu’il se lançait dans l’affichage des logos des éditeurs à côté des articles fournis, dans un premier temps, dans les volets des recherches et des sujets populaires sur le réseau social. Prenant ainsi notamment acte d’une étude du Pew Research Center en février dernier qui concluait que seuls 56% des personnes interrogées se rappelaient de la source d’un lien disponible sur les sites sociaux, Facebook donnera la possibilité aux éditeurs de charger plusieurs versions de leurs logos « à travers une nouvelle bibliothèque de composants de marque, de manière à ce qu’ils puissent apparaître à côté du contenu qu’ils publient sur Facebook », explique ainsi Andrew Anker, chef de produit chez Facebook. L’objectif affiché étant, à terme, « d’étendre la fonction à toutes les sections de notre plate-forme où les utilisateurs consultent des actualités », précise-t-il encore. En ligne de mire pour Facebook, le souhait de permettre aux éditeurs « de diffuser plus facilement leur image de marque » sur le réseau social, afin « d’améliorer la sélection d’utilisateurs des sources de contenu qu’ils consultent sur Facebook, et de leur permettre de mieux décider ce qu’il convient de lire et de partager ».

Quel est l’impact du digital sur la communication de crise ?

Syntec Conseil en Relations Publics et l’UDA ont dévoilé les résultats d’une enquête sur l’impact du digital sur la communication de crise réalisée auprès des responsables de la communication par le cabinet d’Etudes YouGov. L’occasion de faire le point sur le rôle du digital dans les crises auxquelles sont de plus en plus confrontées les entreprises. Les responsables de la communication interrogés constatent une augmentation du nombre de crises depuis 5 ans (environ 4 par an en moyenne) et de leur vitesse de propagation. Pour 80% d’entre eux, le digital en est la cause et tout particulièrement les réseaux sociaux, facteurs amplificateurs des crises. La « crise digitale » n’est pas pour autant virtuelle : après avoir eu le sentiment d’être submergés par la crise digitale, les entreprises et leurs dirigeants passent à une gestion des risques plus active et à une plus grande conscience du besoin de procédures (52%). Avec sa nouvelle vitesse de propagation la crise doit plus que jamais remonter à un niveau stratégique. Ce qui implique de mettre en place des scénarios en amont. Or, aujourd’hui, seulement 1/3 des entreprises interrogées élabore un scenario planning. Et si 80% des entreprises ont mis en place un système de veille digitale, ce dernier ne détecte qu’une crise sur trois. Le digital peut, aussi, être une opportunité en situation de crise. En effet, les blogs de dirigeants, par exemple, – pour autant qu’ils aient été alimentés en contenus réguliers en amont– sont des outils puissants de communication permettant de nouer un fil conversationnel avec l’ensemble de ses parties prenantes. Au moment du surgissement d’une crise, la conversation devient, alors, un facteur d’équilibre dans le rapport de force. Si le digital change le visage de la crise pour l’entreprise, il ne remet pas, pour autant, en cause les grands principes de ce qui fait une bonne gestion de crise. Aujourd’hui, seule une entreprise sur deux déclare par exemple avoir recours à des experts spécialisés en communication de crise. Qu’elle soit classique… ou digitale.